groupemcb © 2020
Téléphone

(514) 400-8899

Adresse

18e étage 2000 Mansfield
Montreal, QC

Obtenir des directions
Retour Publié le 4 mai 2020

Vos placements : Visez la constance à travers les hauts et les bas du marché

Dans cet article : 

  • Gérer son épargne en temps de crise
  • L’importance de miser sur la constance
  • Un exemple chiffré basé sur l’indice S&P 500 pour démontrer la valeur du temps à travers les périodes de prospérité et les récessions

Pour la grande majorité des investisseurs, il est inutile de toujours chercher le moment parfait pour placer son argent. Dans un horizon à long terme, une stratégie d’épargne gagnante est plus souvent une affaire de constance que de timing idéal. 

Certes, la soudaine chute des marchés boursiers qu’a causée la pandémie offre son lot d’opportunités pour acquérir des titres à rabais. Mais puisqu’on ne peut pas prédire si une autre baisse surviendra après la remontée des dernières semaines, on doit éviter de modifier radicalement sa stratégie de placement.

À ce stade, trop de facteurs entrent en ligne de compte pour s’aventurer à deviner la direction du marché à court terme. Il nous faudra voir l’efficacité des divers plans de relance gouvernementaux et la vigueur de la reprise économique à travers le monde avant de nous faire une idée plus précise.

Évidemment, certains secteurs comme le tourisme et le spectacle pourraient vivre une longue période difficile et certaines faillites sont à prévoir. D’un autre côté, le secteur des technologies se porte relativement bien puisque la demande pour ce genre de services est forte à plusieurs niveaux.

 

Que faire dans ce contexte ?

Si notre situation financière n’est pas affectée négativement par la crise, on doit maintenir le cap sur nos objectifs et continuer de verser les mêmes montants vers notre épargne. Et ce n’est vraiment pas le moment pour se retirer des marchés, et ainsi cristalliser la perte.

Si on dégage un surplus plus grand qu’à l’habitude, alors là, il y a lieu de tenter de profiter des cours temporairement sous-évaluées en temps de crise.

C’est donc un bon moment pour faire le point avec son conseiller afin de voir si de légers ajustements au profil d’investisseur devraient être faits. Surtout si votre situation a changé ou si vous aviez des objectifs à plus court terme comme l’accumulation d’une mise de fonds.

 

Pourquoi miser sur la constance ?

Il est donc important de garder ses finances à l’œil, mais l’investissement ne devrait pas être une source de stress quotidien.

Après avoir établi une planification financière avec son conseiller en fonction de ses objectifs, de ses horizons et de sa tolérance au risque, on doit :

  • Faire preuve de prudence et de réserve quand l’économie roule à fond de train et les rendements sont supérieurs.
  • Rester optimiste et patient lors d’un ralentissement économique où les rendements sont inférieurs.

 

La valeur du temps : un exemple basé sur la réalité

C’est lors d’une crise comme celle-ci qu’on doit rappeler les bénéfices du temps sur l’épargne et les placements.

Prenons un exemple, sans même prendre en compte les avantages fiscaux du REER par exemple.

Depuis 1994, un investisseur verse 500 $ par mois (6000 $ par année) dans un fonds qui suit l’indice S&P 500.

En se basant sur les données historiques réelles, voici comment cet investisseur s’en serait tiré au fil du temps.

Voir tableau plus bas pour tous les détails de calculs.

  • 1994 à 1999 : L’économie se porte bien ! Les 36 000 $ investis (6×6000 $) valent plus de 80 000 $ déjà.
  • 2000 à 2002 : On perd gros ! L’éclatement de la bulle internet et la crise suivant les attaques du 11 septembre 2001 font passer la cagnotte à 60 000 $, pour 54 000 $ investis (9 années de versements).
  • 2003 à 2007 : Le marché se porte merveilleusement bien ! Les 84 000 $ investis (14 années) ont une valeur totale d’environ 140 000 $.
  • 2008 : La crise financière frappe et les marchés piquent du nez. Notre 90 000 $ investi  est tombé à un rendement nul sur 15 ans et ne vaut que 90 000$.
  • 2009 à 2019 : Les plans de relance ont porté fruit et les marchés boursier sont plus vigoureux que jamais ! Après 26 années d’épargne constante à raison de 500 $ par mois, pour un total de 156 000 $, on a accumulé plus de 456 000 $. Pratiquement le triple !
  • 2020 : La crise de la COVID-19 fait mal. En fin avril, on enregistre un rendement négatif d’environ 10% pour l’année. Notre épargne se situe à 420 000$. On peut s’attendre à voir ce montant diminuer de nouveau d’ici la fin de l’année.
  • 2021 à … : Si on regarde un peu en arrière, tout porte à croire qu’il y a lieu de demeurer optimiste et de miser sur la constance.

On doit noter que l’exemple ne prend pas en compte l’effet de l’inflation sur la valeur réelle de la somme. Historiquement le S&P 500 a un rendement d’environ 10%, et de 7% si on tient compte de l’inflation. Mais on doit aussi considérer les avantages fiscaux, comme pour le REER et le CELI, pour avoir une idée précise de l’efficacité de l’épargne constante sur notre richesse.

Besoin de conseil pour votre épargne retraite ? Communiquez avec votre conseiller de Groupe MCB.

 

Les données utilisées pour l’exemple :