groupemcb © 2020
Téléphone

(514) 400-8899

Adresse

18e étage 2000 Mansfield
Montreal, QC

Obtenir des directions
Retour Publié le 10 décembre 2019

CELI : comment profiter pleinement du compte d’épargne libre d’impôt

Dans cet article

  • Les avantages du CELI
  • Les différences avec le REER
  • Comment déterminer ses droits de cotisation
  • Les conséquences d’une cotisation excédentaire
  • Les conditions à remplir pour avoir un CELI


Andrew Neel on Unsplash

 

Depuis son arrivée, le compte d’épargne libre d’impôt (CELI) gagne en popularité auprès des Canadiens. Un sondage publié à l’été 2019 avançait même que plus de gens détenaient un CELI (57 %) qu’un REER (52 %).

Que vous commenciez votre vie d’épargnant, que vous soyez retraité ou que vous cherchiez à diversifier votre épargne, voici l’essentiel pour comprendre le CELI et ses avantages.

 

Les revenus de placement à l’abri de l’impôt

Les gains en capital, les dividendes et les intérêts qu’engendrent vos placements dans un CELI ne sont pas imposés au moment du retrait. C’est là qu’il se distingue du REER, où les retraits s’ajoutent à votre revenu annuel.

On doit cependant noter que les cotisations au CELI ne sont pas déductibles d’impôt, contrairement à celles du REER.

 

Un véhicule de placement utile pour tous les horizons


Aaron Burden on Unsplash

S’il peut très bien faire partie d’une planification financière à long terme, la flexibilité du CELI permet également d’atteindre des objectifs à court et moyen terme.

Plusieurs épargnants l’utilisent pour :

  • Bâtir un coussin de sécurité
  • Amasser une mise de fonds
  • Prévoir d’importantes rénovations
  • Démarrer une entreprise ou même
  • Planifier un voyage

Les options sont illimitées puisque vous n’avez pas à fournir de raison pour retirer la somme que vous voulez de votre CELI.

Puisqu’il est un véhicule de placement et non un produit, on peut y inclure des :

  • Actions
  • Certificats de placement garanti (CPG)
  • Obligations
  • Fonds d’investissement
  • Dépôts en argent comptant

 

Les droits de cotisation sont cumulatifs


Frank Busch on Unsplash

Si vous n’utilisez pas le maximum de vos droits de cotisations durant l’année, la portion non inutilisée est reportée à l’année suivante.

Conséquemment, l’épargnant qui n’a jamais ouvert un CELI a cumulé 63 500 $ en droits de cotisation de 2009 à 2019. À condition de remplir les conditions pour y être admissible durant cette période. (on parle des conditions un peu plus bas)

Voici les plafonds annuels de cotisation depuis 2009 :

  • 2009 à 2012 : 5000 $ par année
  • 2013 et 2014 : 5500 $ par année
  • 2015 : 10 000 $ par année
  • 2016 à 2018 : 5500 $ par année
  • 2019 : 6000 $ par année
  • 2020 : 6000$ par année

 

Les retraits augmentent le plafond de l’année suivante

Par exemple, si vous retirez 4000 $ de votre CELI en 2019, ce montant sera ajouté à votre plafond de cotisation pour 2020.

Attention !

Toute cotisation excédentaire qui demeure dans le CELI sera imposée de 1 % par mois durant l’année civile.

Prenons un exemple…

Pour un excédent de 2000 $ de novembre à décembre 2019, vous aurez à payer 40 $ d’impôt (20 $ par mois). En janvier, votre plafond de cotisation pour 2020 sera réduit de 2000 $.

Puisqu’il est possible de détenir plus d’un compte, il est important de faire un suivi pour ne pas dépasser ses droits de cotisations.


Alexander Dummer on Unsplash

Les conditions à remplir pour cotiser à un CELI

  • Avoir 18 ans (aucun âge maximal)
  • Détenir un numéro d’assurance sociale

La personne qui a célébré son 18e anniversaire en 2012 doit donc calculer ses droits de cotisations à partir de 2012.

Notez qu’on peut donner un montant à son conjoint pour qu’il cotise à un CELI, mais c’est seulement celui-ci qui en bénéficiera.

 

Est-ce le moment pour vous de cotiser à un CELI ?

Nos conseillers chez Groupe MCB vous accompagneront dans vos démarches afin d’établir la meilleure stratégie en fonctions de vos besoins et de vos objectifs.


Prenez rendez-vous avec un de nos conseillers !